Podcasts

REVUE DE LIVRE: La Tapisserie de Nancy Bilyeau

REVUE DE LIVRE: La Tapisserie de Nancy Bilyeau

Joanna Stafford, notre intrépide ex-super détective dominicaine, est de retour. Cette fois, elle s’est précipitée au milieu du complot et de la tromperie à la cour d’Henri VIII. Joanna, l'ancienne nonne réputée pour ses capacités à fabriquer des tapisseries, est convoquée à Whitehall pour se présenter au roi pour une commission spéciale. Tandis que là-bas, une tentative est faite sur sa vie et Joanna s'échappe de justesse. Heureusement, elle se lie d’amitié avec l’un des proches du roi, le beau courrier, Thomas Culpepper, qui jure d’attraper l’assaillant de Joanna. Joanna, qui ne veut rien de plus que retourner à sa vie simple et tranquille à Dartford, est plongée dans la tourmente politique d'Henry et immédiatement prise au piège dans la tension entre son ancien ennemi, l'archevêque Stephen Gardiner, et le nouvel ennemi, le puissant secrétaire du roi, Thomas Cromwell. . Pour aggraver les choses, Joanna doit regarder impuissante pendant que son amie bien-aimée, la jeune et naïve adolescente, Catherine Howard, est émue comme un pion par la famille empreinte d'Anne Boleyn. Avec l’aide du célèbre peintre de la cour allemande, Hans Holbein, Joanna tente d’intercéder et de tenir Catherine à l’écart des griffes du roi. C’est une bataille difficile contre les machinations de Lady Rochford, l’ancienne belle-sœur d’Anne’s Boleyn, qui cherche à restaurer la gloire de sa famille.

Enfin, il y a aussi des forces obscures à l'œuvre: de la magie, des sorts et une malédiction pour provoquer la chute de Cromwell et Henry. Joanna doit naviguer à travers tout cela tout en essayant de rester en vie. Heureusement, le gendarme Geoffrey Scoville, toujours visiblement amoureux de Joanna, réapparaît pour l'aider à garder une longueur d'avance sur ses assassins. Sonne comme il se passe beaucoup de choses? Il y a.

Des trois romans de Joanna Stafford, Le calice, La Couronne et La tapisserie, ce troisième opus est de loin mon préféré. Il se déplace rapidement, a beaucoup de personnages intéressants et un ton sombre et sinistre. Bilyeau arrive au cœur affreux de la cour d’Henri VIII et présente un portrait compliqué du roi; volatile, tyrannique mais finalement terrifié, victime de ses propres illusions et insécurités. Chaque mouvement de Henry est une tentative de se maintenir sur le trône et de sauver la face. Le livre est également triste parce que Bilyeau construit des personnages sympathiques dans Culpepper et Howard, mais vous savez par l'histoire le résultat horrible pour eux deux. J’ai même réussi à avoir pitié du désagréable Sir Walter Hungerford, le chevalier dépravé, et de Thomas Cromwell, emportés par la paranoïa de Henry.

La tapisserie Joanna a également fait de la marelle à travers l'Europe pour essayer de trouver des réponses sur le sort de son ancien fiancé, Edmund Sommerville. Cela complique encore les émotions mitigées de Joanna envers Geoffrey. Qui va-t-elle choisir? Ou est-ce que Joanna choisira finalement d'être seule? Quel est le pacte secret à la cour? Qui essaie de la tuer et pourquoi? Il se passe beaucoup de choses dans ce roman, mais Bilyeau fait un bon travail en gardant beaucoup de personnages en jeu sans trop de confusion. Si vous aimez l’histoire de Tudor, c’est un excellent livre à lire pour voir la cour du point de vue d’un étranger.

L'histoire

Comme toujours, Bilyeau a fait ses devoirs historiques, donnant vie au drame et aux détails de la cour d’Henri VIII. Vous regardez essentiellement la montée et la chute de Catherine Howard, Thomas Cromwell, Walter Hungerford et Thomas Culpepper à travers les yeux de Joanna. Qu'est-ce qui était vrai dans ce roman? Tout. Thomas Cromwell a arrangé le mariage raté entre Anne de Clèves et Henry. Inadéquat depuis le début, le déménagement a coûté à Cromwell non seulement sa faveur auprès du roi, mais sa vie. Cela a laissé le champ libre à la famille d'Anne Boleyn pour pousser la jeune Catherine Howard vers Henry dans un effort pour retrouver son prestige politique après l'exécution d'Anne. Malheureusement, ce faisant, ils ont également poussé Catherine vers le bloc. Lady Rochford, qui est peinte comme un méchant dans ce livre, a en effet orchestré la relation entre Catherine et Henry, mais aussi, non mentionné dans ce livre, a contribué à mettre Culpepper et Catherine ensemble pour avoir une liaison désastreuse. Bilyeau dépeint leur union plus comme la vengeance de Culpepper que comme une histoire d’amour entre un courtisan et une jeune reine. Leur chute éventuelle a emporté Lady Rochford avec eux, en raison de son implication directe dans l’affaire de Catherine. Culpepper, autrefois un courtisan éminent et un ami proche du roi, a été accusé d'adultère avec Catherine et envoyé au billot. Walter Hungerford, a été accusé de complot contre Henry et exécuté aux côtés de Cromwell. Catherine et Lady Rochford ont suivi peu de temps après, car Henry VIII avait besoin de paraître fort face à une humiliation abjecte. Les décisions d’Henry, montrées à travers les yeux de Joanna, n’ont pas été sans tristesse et sans regret. Bilyeau capture avec brio ce ton sous-jacent dans ce livre. Henry est victime de ses propres stratagèmes, et dans un effort pour garder le contrôle, ce qu'il démontre vraiment, c'est à quel point il en manque. Les moments privés de Joanna avec Henry étaient parmi mes préférés dans le livre.

C'est un vrai thriller historique. C’est un roman Tudor plein de suspense, d’intrigue, de brutalité et de mort. C’est un retourneur de page bien documenté. Si vous recherchez une lecture historique passionnante pour vous aider à terminer votre été, celle-ci sera sur votre liste.

~ Sandra Alvarez

Pour plus d’informations sur les romans de Nancy Bilyeau, veuillez visiter: nancybilyeau.com

Suivez Nancy Bilyeau sur Twitter: @TudorScribe


Voir la vidéo: LIVRE LA CHRONIQUE DE GERARD COLLARD - MAMIE LUGER (Janvier 2022).